Sept à dix ans ferme pour une prise d’otages à Attert

Le tribunal correctionnel d’Arlon a condamné lundi les quatre hommes impliqués dans la prise d’otages survenue dans le village d’Attert, en mars 2012, à des peines d’emprisonnement ferme allant de 7 à 10 ans.

Olivier Bizet, le Français de 49 ans considéré comme le cerveau de cette affaire, a ainsi écopé de 10 années de réclusion. Son lieutenant, Denis Poulet, un Français également âgé de 49 ans, a lui été condamné à 8 ans de prison. Leurs deux complices, Marien Wando Ingora (32 ans) et Abdel Traore (22 ans), ont pour leur part été condamnés à 7 années d’emprisonnement.

Les quatre prévenus ont été reconnus coupables des préventions d’avoir commis une prise d’otages, de vol avec violence, d’extorsion ainsi que d’avoir soumis leurs victimes à un traitement inhumain la nuit des faits. La prévention d’attentat à la pudeur a également été retenue par le tribunal à l’encontre de Denis Poulet.

La nuit de 30 au 31 mars 2012, les quatre hommes s’étaient introduits, masqués et armés de tasers, dans le domicile d’un couple considéré comme particulièrement aisé à Attert. Les deux victimes avaient été contraintes, par toute une série de pressions mentales et physiques, de remettre à leurs agresseurs tous leurs biens de valeurs (argent, bijoux et une voiture de la marque Porsche) ainsi que les codes de leurs différentes cartes bancaires.

Le 23 avril dernier, le substitut du procureur du Roi d’Arlon, Christophe Delait, avait requis des peines de 10, 8 et 7 années d’emprisonnement ferme à l’encontre des quatre prévenus, selon leur degré d’implication dans l’affaire.

Olivier Bizet, défendu par Me Peter Verpoorten, avait entièrement nié les faits et plaidé pour son acquittement. Mes Anne-Catherine Mignon, Dimitri Soblet et Véronique Dury, les avocats des trois autres prévenus, avaient eux plaidé pour que la peine prononcée par le tribunal n’excède pas la détention préventive de leur client. Seule la prévention d’attentat à la pudeur n’avait pas été reconnue par les trois hommes.

bron.

 

Arlon

© Alexandre Dulaunoy